Etant donné que je vis à Santiago, et que j’ai a eu la chance de voir plusieurs copains débarquer en trombe, il a fallu que je me glisse dans la peau de guide expert de la ville de Santiago le temps d’un jour. Je vous propose ici un grand tour à pied de Santiago, un walking tour! C’est parti mets tes baskets, chouette, tu verras c’est sympa!

Première partie

Environ 30 minutes de marche en tout, prévoyez un peu plus pour vous laisser le temps de flâner

  1. Aller à La Vega, le plus grand marché de fruits et légumes deSantiago(Métro Ligne 2 « Cal y Canto » ou Ligne 2 « Patronato »)
  2. Aller au Mercado Central, le plus grand marché de poissons, qui s’est installé dans une ancienne gare. S’il est l’heure de manger, plusieurs restaurants proposent des plats délicieux et pas chers. Allez dans la partie la moins touristique, les restaurants proposent de la meilleure cuisine !  Mes plats préférés ? La Reineta a la plancha et le Pastel de Jaiba (un véritable « crab Cake » comme dans Bob l’éponge). 
  3. Du Mercado Central, si vous avez une petite soif, passez par le bar La Piojera. C’est le bar le plus typique de Santiago. Commandez-y un « TerreMoto » (tremblement de terre en espagnol… tu comprendras vite pourquoi!)… N’hésitez pas à en partager un à deux. C’est la boisson du Chili, un mélange entre vin blanc, grenadine et glace à l’ananas. Cela parait très sucré au goût mais peut être très trompeur au niveau de l’alcool. Le bar n’est pas vraiment fancy mais il est connu pour être de loin le plus typique, jours et nuits il y a des piliers de bars qui vous y accueilleront.

 Deuxième partie

Environ 1h50 de marche en tout, prévoyez un peu plus pour vous laisser le temps de flâner

  1. Aller jusque Plaza de Armas (si vous décidez de zapper la première partie, c’est le métro Santa Lucia sur la Ligne 1 ou métro Bellas Artes sur la Ligne 5). Faire un tour de la place, c’est le noyau du centre historique de la capitale, c’est donc aux alentours que vous verrez les bâtiments les plus anciens. Cette place date du 12 février 1541 (oui oui, exactement 449 ans avant ma naissance !)
  2. De la place, passer par le Antiguo Congreso et la Corte Suprema pour vous rendre jusqu’au Palacio La Moneda. Plus connu sous le mon « La Moneda », c’est le siège du président du Chili, il y a sa propre chambre même. Le bâtiment date de 1749.
  3. Du Palacio La Moneda, aller jusqu’au Teatro Municipal. Ce Teatro, ou Opéra national du Chili, est la scène principale pour la musique classique. Sa construction a duré plus de quatre ans, de 1853 à 1857.
  4. Du Teatro, passer par le parc Cerro Santa Lucia, parc urbain situé au cœur de la ville, il regorge de statues et de petites constructions historiques
  5. Pour terminer cette partie de la balade, aller dans le quartier Lastarria. Quartier très petit (il se limite à deux-trois rues), il est devenu un vrai centre culturel, gastronomique et touristique actif. N’hésitez pas à vous arrêter dans un bar ou un restaurant pour profiter de l’ambiance du quartier.

Troisième partie

Environ, 45 minutes de marche (sans prendre en compte le Cerro San Cristobal),prévoyez un peu plus pour vous laisser le temps de flâner

  1. Du quartier Lastarria, passer dans le quartier Bellas Artes pour admirer le Musée National des Beaux-Arts, l’un des principaux centres de diffusion des arts visuels au Chili. Fondé en 1880, il fut le premier musée d’art d’Amérique Latine et a été déclaré Monument Historique en 1976
  2. Passer dans le Parque Forestal, un très chouette parc toujours plein d’animations, que ce soit des activités culturelles et récréatives officielles ou des gens de la rue qui viennent montrer leur dernier spectacle.
  3. Continuer à marcher jusqu’au Barrio Bellavista. C’est le quartier des étudiants, rempli de jeunes de toute nationalité. Les bars populaires y coexistent avec les centres culturels, la cuisine nationale se mêlent à l’internationale, le quartier grouille d’animation.
  4. Depuis ce quartier, si vous ne vous êtes pas arrêtés pour prendre l’apéro, aller jusqu’à la maison de Pablo Neruda. Pablo Neruda, né en 1904 et mort en 1973, était un poète chilien, considéré parmi les artistes les plus connus et les plus influents de son siècle. Parmi ses nombreuses reconnaissances, il a notamment reçu le prix Nobel de littérature en 1971 et un doctorat honorifique de l’Université d’Oxford. La fondation à son nom s’est installée dans sa maison à Santiago, qui comme ses deux autres maisons à Valparaiso et à Isla Negra, regorge de décorations loufoques et collections en tout genre.
  5. Depuis sa maison, aller au Cerro San Cristobal. Vous pouvez le monter à pied (un peu long, ce sera donc pour les plus sportifs d’entre vous) ou alors prendre le funiculaire. De tout en haut, prenez le temps de profiter de la superbe vue à 360 degrés sur Santiago. La grande tour qui trône au milieu? C’est le Costanera, la plus haute tour d’Amérique du Sud (300 mètres). 

 

Et comme Santiago regorge de de petits quartiers secrets, voici quelques autres conseils si tu as le temps d’y passer un peu plus de temps!

Les autres insolites de Santiago

  • Le Barrio Italia : ce quartier au nord-ouest de la municipalité de Ñuñoa est un quartier ancien dans lequel vivaient des immigrés de différents pays, notamment des italiens, qui ont  généré un commerce actif entre les résidents eux-mêmes. Aujourd’hui, c’est un quartier renommé qui se distingue par sa large offre de nourriture internationale – souvent organique et bio comme le veut la tendance, j’adore – et ses boutiques de décoration, artisanat et vêtements d’un style très hipster. C’est un quartier dans lequel j’adore me balader le weekend, il y a une ambiance particulière, artistique, décalée et en même très relax.
  • Le Barrio Brasil : Le Quartier est un secteur caractéristique de la classe supérieure chilienne depuis le milieu du XIXe siècle. On y retrouve donc un mélange de constructions néo-gothiques, néoclassiques et traditionnelles chiliennes. Depuis presque vingt ans, le quartier s’est créé une nouvelle identité grâce à la création d’espaces pour la culture et l’art. De nombreux restaurants et cafés ont généré un pôle de style de vie bohème.
  • Le Cementerio General, ou cimetière général, est un musée à ciel ouvert construit en 1821. Parcourir ses rues, c’est connaître l’histoire du Chili et les hommes qui l’ont marqué. Les tombes se suivent mais ne se ressemblent pas, il y en a de tous les styles, allant du baroque au classique, on y trouve même un tombe qui reproduit un magasin Apple, tout en verre. Le cimetière est laïc, toutes les théologies et même les pensées de cultures lointaines y sont donc mélangées.
  • Le marché Biobio: plusieurs pâtés de maison, comme on dit en belge, ou cuadras, comme on dit en espagnol, pleins de hangars avec tout à voir et à acheter: meubles, antiquités, outils, vêtements, jouets. Ce que vous cherchez, pour sûr vous le trouverez! Je recommande d’y prendre son temps, et si vous arrivez à baragouiner le chilien, n’hésitez pas à échanger quelques mots avec les marchands, cet endroit est rempli de monde et d’anecdotes en tout genre.